Ricardo Celma, peintre contemporain

Ricardo Celma dans son atelier

Ricardo Celma voit le jour à Buenos Aires en 1975. Sa vocation artistique apparaît immédiatement : à 5 ans, il participe à un concours d’arts plastiques, et il continuera de le faire pendant 20 ans. Il est le sixième des sept enfants d’un couple de fonctionnaires, qui baignent dans la culture et les arts : musique, peinture, littérature. Il grandit dans une maison du quartier d’Almagro, rue Lezica. Sa famille a pour voisin un peintre, à qui Ricardo et son père rendent des visites fréquentes : le maître Antonio Berni. Il fréquente les ateliers des grands artistes contemporains, tels que Susana Mármol (1981-1982), Marcelo Plaza (1982-1983), Osé Alberto Marchi (1983-1985 et 1990-1991), entre autres.

Cautiva Pampeana de Ricardo Celma
Après avoir étudié au lycée, il intègre l’École Nationale des Beaux-Arts Prilidiano Pueyrredón (1994-1998), où il obtient le diplôme de professeur de peinture, avec la meilleure note en spécialité de peinture. Quelques années plus tard, alors que l’école est devenue le IUNA (Institut Universitaire National d’Art), il obtient une licence en Arts visuels, en obtenant la meilleure note possible pour sa thèse.

Femme par Ricardo Celma
Lors de ses voyages en Europe, il visite les musées avec avidité, et touche ainsi du doigt les plus grands peintres de l’histoire. Il passe aussi des après-midis entiers à converser et à peindre avec le peintre espagnol Antonio López, qu’il admire.
L’œuvre de Ricardo Celma peut être qualifiée de peinture hyperréaliste, réalisée à l’huile sur toile ou sur bois, et en relativement grand format. Ses tableaux présentent un monde qui oscille entre le mystique et le charnel. Il y a une certaine religiosité, qui se fond dans un environnement érotique qui transporte dans un univers à la fois beau et inquiétant.

Peinture de Ricardo Celma
À travers ses créations, Celma joue avec les éléments classiques et contemporains, nous introduisant dans une dimension où les frontières entre conscient et inconscient deviennent floues. La lumière se distingue également dans ses œuvres, même lorsque celles-ci représentent des paysages obscurs. Celma est passionné par ce qu’il fait : il étudie et réfléchit chaque coup de pinceau, et passe des semaines et des mois à analyser la composition a posteriori. Il mêle le style baroque et le style gothique tardif, la mythologie grecque, les indiens Ranqueles, les grands artistes de la peinture française. Son œuvre est exposée dans de prestigieux musées et foires internationales, comme à New-York, Taipei, Shanghai, Tokyo, aux Pays-Bas, au Mexique, en Uruguay. Il est également invité par la Chancellerie argentine à représenter son pays auprès des institutions les plus importantes du Brésil et du Panama.

Tableau de Ricardo Celma
L’artiste murit pendant un certain temps le projet de représenter son lieu d’origine à travers ses créations, c’est ainsi que prend vie une série d’hommages à des personnalités reconnues comme Benito Quinquela Martin, Ernesto de la Cárcova, Cesáreo Bernaldo de Quirós et Eduardo Sívori, accompagnés de références à la culture argentine traitées sous le prisme des mythes et légendes. Ricardo Celma partage son quotidien avec son épouse et ses enfants, dans sa maison-atelier. Il aime s’occuper de ses poissons, prendre son petit-déjeuner en contemplant le jardin et les oiseaux, vivre entouré d’art, de littérature et de bonne musique, et, bien sûr, peindre.

error: Contenu est protégé.