02 février 2019

Depuis 1893, l’hippodrome de Palermo, au nord de Buenos Aires, accueille la plus grande compétition internationale de polo. Un sport dans lequel l’Argentine brille depuis des années, en particulier dans son style et sa pratique. Nous avons eu la chance d’assister à l’un des matchs de la compétition, qui a lieu en novembre et décembre, au début de l’été argentin.

Depuis 2013, l’équipe de la Dolfina semble indétrônable à la tête de la Tripla Corona de Polo Argentino. Cette compétition internationale regroupe les trois plus grands tournois de polo du monde, avec l’Abierto de Polo Argentino,  le Campeonato Abierto de Polo del Hurlingham Club et le Campeonato Abierto de Polo del Tortugas Country Club, qui se tiennent tous  les trois en Argentine, pays dominant depuis des années le polo mondial. En fin d’année, c’est donc l’Abierto de Polo qui a lieu dans la ville de Buenos Aires, sur l’historique hippodrome de Palermo.
Cette année, ce sont au total 10 équipes de 4 joueurs de polo venues du monde entier, mais principalement du pays en lui-même, qui s’affrontent lors de l’Abierto (Open) de polo. La condition pour y jouer est d’avoir un « handicap » compris entre 28 et 40 : il s’agit du total de la note de chaque joueur de l’équipe, comprise entre 1 et 10. Il est déjà arrivé que des équipes présentent le handicap maximal de 40 points : Colonel Suarez, historiquement l’équipe phare et détentrice de 23 victoires, La Españada, La Dolfina, Ellerstina et Indios Chapaleufú.
Ainsi, cette année, les 10 équipes sont divisées en deux poules, et le gagnant de chaque poule affrontera l’autre lors de la finale. Le polo se déroule sur des principes simples : quatre cavaliers par équipes, surveillés par deux arbitres, devant pousser une petite balle blanche en bois à l’aide d’un maillet dans les buts de l’adversaire sur un terrain de gazon d’environ 300 mètres de longueur. Chaque but équivaut à un point, le gagnant étant l’équipe qui en marque le plus.

Nous entrons dans l’Hippodrome de Palermo en milieu d’après midi. La foule s’y presse déjà, chapeautée et élégamment habillée. Il est vrai que ce sport conserve cet aspect glamour et élitiste en Argentine. Il est en effet réservé à une frange aisée de la population, comme le sont la plupart des sports se pratiquant  à cheval. Les infrastructures mises en place pour l’Abierto de Polo Argentino ne sont pas des moindres : de nombreux stands sponsorisés, des gradins parfaitement organisés, des petits coins pour se rafraichir et pour manger. Le Campo de Polo de Palermo est entièrement fleuri en ce mois de décembre, ce qui apporte encore au charme du lieu.
Nous assistons au match entre Ellerstina et La Cañada. La partie se divise généralement en huit périodes de 7 minutes 30 chacunes, appelées « chukkas », entrecoupées de pauses de 5 minutes. Les joueurs cherchent à y marquer le plus de buts possible. Finalement, le match se solde par une victoire 20 à 5 pour Ellerstina. Le spectacle est impressionnant : les cavaliers guident parfaitement et rapidement leurs montures, au poil soyeux et soigneusement préparées pour l’évènement.
En effet, le polo répond à des règles et à un protocole particulier pour la préparation des bêtes : les chevaux ont l’obligation d’avoir une crinière rasée et une queue tressée, afin d’éviter qu’elles ne s’emmêlent dans le maillet. Ils portent des bandes de polo à chaque patte, pour les protéger. En outre, il arrive souvent que les chevaux soient blessés au polo, les joueurs en changent d’ailleurs plusieurs fois au cours de la même partie. Mais dans la plupart des cas, les joueurs changent de monture avant que leur bête ne soit trop fatiguée, l’épuisement augmentant leurs chances de blessure.

La compétition est de haut niveau lors de l’Abierto de Polo Argentino. Le polo s’est progressivement imposé comme sport national en Argentine. Pourtant, il vient de loin. Ce sport puise ses origines il y a plus de 2500 ans, dans les steppes asiatiques. Les persans l’appelaient « chaugan », ce qui signifie maillet, et le pratiquaient en tant qu’entraînement de la garde royale. Peu à peu, le polo s’est exporté dans les pays alentours en Asie, jusqu’en Inde. Il est resté cependant l’apanage des familles nobles et des grands propriétaires ayant les moyens de se procurer et de s’occuper des chevaux. C’est avec la colonisation des Indes que les Britanniques ont découvert le polo, qui reste un pilier de leur culture sportive actuelle. Enfin, les immigrés Anglais en Argentine ont emmené avec eux ce sport méconnu du continent sud-américain, qui est finalement devenu partie intégrante de la culture argentine.
Cette épopée sportive a aujourd’hui amené ce pays au sommet de toutes les compétitions mondiales de polo. Néanmoins, le polo reste un sport assez restreint, il n’a pas été discipline olympique depuis 1936, année où le titre fut remporté par les Argentins. Seuls quelques pays se targuent d’avoir une équipe nationale de polo : Argentine, Uruguay, Chili, États-Unis, Canada, Mexique, France, Angleterre, Espagne, Pakistan, Inde et Australie. Cependant, en Argentine, il compte un grand nombre d’aficionados, certains matchs atteignant même les 60 000 spectateurs.

Vivre l’Abierto de Polo permet de découvrir cette passion si particulière des Argentins pour le polo, ce sport spectaculaire, en union entre le cavalier et sa monture. Une activité originale, au cœur de la culture locale et particulièrement portègne, sur ce magnifique hippodrome de Palermo, qui n’est pas sans rappeler les traditions gaucho du peuple argentin.

 

Josephine Boone

 

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Content is protected !!