07 novembre 2018

Chaque année, à la mi-septembre, a lieu dans la ville de Salta un rassemblement religieux qui attire des centaines de milliers de pèlerins, la Fiesta de la Virgen y del Señor del Milagro. Un évènement teinté de culture locale, le tout dans un climat chaleureux particulier à la région ; nous avons pu y assister pendant deux jours et observer l’effervescence de la ville et de ses habitants.

Nous posons le pied à Salta la linda, Salta la belle, sous une douce chaleur de septembre, après notre vol en provenance de Buenos Aires. Le bruit et la foule se font entendre dès les premières secondes de notre arrivée. Nous prenons une voiture jusqu’au centre de la ville. Sur les bords du chemin, des centaines de pèlerins se pressent en direction de la ville où se dérouleront toutes les festivités. Certains marchent depuis des jours, ont fait des centaines de kilomètres, depuis le sud de la province ou bien en traversant les montagnes des Andes plus au nord. Ils viennent à pied, à vélo, en voiture, à cheval même. Le pèlerinage de Salta est un des plus grands d’Argentine. Plus de 300 000 personnes se retrouvent pour une semaine de festivités célébrant le Seigneur et la Vierge du Miracle. Ils viennent de toute la province de Salta, au Nord-ouest de l’Argentine, mais aussi d’autres provinces du pays, de la capitale, et des pays alentours : Chili, Bolivie, Pérou. La Fiesta del Milagro est un des plus grands rassemblements populaires d’Amérique Latine ; elle est très connue à travers tout le continent.

La Fiesta del Milagro commémore une légende bien connue de la population salteña : en 1592 furent retrouvée, au large du port de Callao au Chili, flottant sur les eaux du Pacifique, deux caisses de bois. L’une contient l’image la Vierge du Rosaire originellement destinée à la ville de Córdoba, et l’autre celle d’un Christ crucifié destiné à l’Église de Salta. Les images furent transportées jusqu’aux deux villes respectives à dos d’âne sur le fameux Chemin de l’Inca. Elles tombèrent toutes deux dans l’oubli. Cependant, en 1692, cent ans après, la région de Salta fut le théâtre d’un tremblement de terre très destructeur. Mais la ville de Salta et ses habitants furent relativement épargnés par la catastrophe. Au sein de l’Église Matrice de Salta, les icônes furent retrouvées sans aucun dommage. Le sauvetage de la ville fut attribué à ces deux images saintes, qui furent ensuite exposées aux yeux des habitants venus remercier Dieu pour les avoir sauvés. Une procession accompagnant les deux icônes eut lieu, tradition qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui. Dès lors, elles furent désignées comme « Vierge et Seigneur du Miracle » et sont célébrées chaque année le 13 septembre, date du tremblement de terre de 1692.

La célébration de la Fiesta del Milagro commence avant la date de la procession en tant que telle. Une semaine avant le week-end de la mi-septembre où elle a lieu, les fidèles commencent une neuvaine (neuf jours de prière) en l’honneur de la Vierge du Miracle. Les pèlerins déposent au fur et à mesure des fleurs aux pieds des deux images sacrées, dans la cathédrale de Salta, rouges pour le Christ et blanches pour la Vierge. La veille de la procession, nous voyons la ville en pleine effervescence. Partout, les pèlerins arrivent par tout mode de locomotion, arborant des bannières colorées aux couleurs de leur ville ou province d’origine. Les enfants et bébés courent entre les jambes de leurs parents et grands-parents attendris. Le pèlerinage de Salta est un véritable mélange générationnel et géographique. Il permet de se rendre compte de la variété des habitants de la région voire du pays, mais aussi de la force et de l’ancrage de la religion catholique en Argentine, et plus largement en Amérique du Latine. La Fiesta del Milagro attire toujours plus de pèlerins, elle demande une importante organisation logistique et une grande solidarité entre les communautés qui affluent vers la ville.

Après une nuit de repos pour nous et l’ensemble des pèlerins arrivés à Salta, nous assistons enfin à la grande procession dans la ville de Salta en l’honneur de la Vierge et du Seigneur del Milagro. La journée démarre par une messe célébrée dans la Cathédrale, à laquelle assiste la multitude en dehors de l’église en plein air. Après la messe, la foule se disperse pour aller déjeuner, repas en général constitué d’empanadas, particulièrement bonnes et abordables dans cette région de l’Argentine. Nous en profitons pour aller découvrir les deux magnifiques églises alentours : la plus connue est la rouge, la Iglesia San Francisco, et la bleue, moins connue mais pas moins belle, la Iglesia de la Viña.

Vers 15h, une foule immense est amassée devant la Cathédrale de Salta pour observer le début de la procession. Les pèlerins se pressent, foulard bleu et blanc à la main en l’honneur de la Vierge du Miracle, un chapelet dans l’autre. Les chants se succèdent en attendant la sortie des images sacrées. C’est d’abord la grande croix en bois de l’église qui sort, portée par les prêtres locaux. Les fidèles chantent des cantiques typiques de la Fiesta del Milagro et s’inclinent au passage de la croix. La procession commence derrière celle-ci, une partie des pèlerins la suit en chantant, les habitants se pressant sur le bord de la route pour observer le cortège coloré. Suit ensuite la sortie tant attendue de l’icône du Señor del Milagro, recouverte de fleurs rouges à ses pieds. Elle est portée et entourée par des prêtres, des moines, des policiers et des soldats, le visage dur ou joyeux. Le tout est escorté par une multitude de pèlerins chantant. Nous assistons ensuite au passage du cortège des gauchos, ces centaines d’hommes et femmes habillés des tenues traditionnelles des éleveurs de chevaux de la Pampa argentine. Leurs costumes rouges, noirs et beiges sont magnifiques et ils les portent avec fierté pour célébrer cet évènement majeur de la vie religieuse dans la province de Salta. C’est ensuite au tour de la Vierge du Miracle de sortir de la Cathédrale, entourée de centaines de soldats en uniformes bleus, bruns et gris et des religieuses et prêtres pèlerins, eux aussi. S’en suit l’ensemble des fidèles qui défilent derrière les images sacrées dans les rues de Salta, sous les applaudissements des habitants et des curieux venus pour l’évènement. La procession dure environ 5 heures à travers la ville jusqu’à l’arrivée dans une seconde église de Salta.

La journée se termine après la dispersion de la foule à la fin de la procession. Néanmoins, les fidèles restent pour la plupart jusqu’au lendemain, dimanche, à Salta. Le samedi soir, l’ambiance reste festive sur la Plaza 9 de Julio pendant une bonne partie de la nuit. Vers 20h, nous avons le droit à l’impressionnant défilé des pompiers, policiers, secours, soldats et toutes les personnes ayant aidé au bon déroulement du pèlerinage, toutes sirènes et lumières dehors. C’est assez impressionnant de voir le nombre de personnes mobilisées pour ce pèlerinage d’une envergure inimaginable. La musique résonne dans les restaurants et les rues de Salta encore parsemées de pétales de fleurs et de confettis. Le dimanche matin a lieu une messe de clôture de la semaine de neuvaine pour la Fiesta del Milagro. Les pèlerins quittent les uns après les autres la ville de la Fête du Miracle, après une fin de semaine à la fois très animée et très priante. Le pèlerinage de Salta a cette particularité de nous faire comprendre la manière dont les Argentins pratiquent la religion catholique : des fêtes dans des dimensions gigantesques, avec chaque année plus de 300 000 personnes à Salta, le tout dans un climat à la fois de recueillement immense mais aussi de joie et d’effervescence. Une expérience unique de rencontre et de découverte de la ville et de la culture encore très ancrée de la province de Salta.

 

Josephine Boone

Carnet pratique

Comment y aller ? Vol de 2 heures entre Buenos Aires et Salta.

Où dormir ? Hôtel Legado Mítico, Hôtel Antiguo Convento.

Un circuit ? Découverte du Nord Ouest argentin – Salta et Jujuy ou encore Atacama et Nord Ouest argentin.

 

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Content is protected !!